L'université d'État de Boise utilise Tableau dans ses cours des métiers du conseil pour une analyse et une présentation optimales des données



Les étudiants suivant les cours des métiers du conseil devaient analyser les informations d'exploitation d'une entreprise qui génère énormément de données et ont utilisé Tableau pour mener leur projet à bien.

Près de 18 personnes, dont trois vice-présidents, ont assisté au meeting de présentation final, avant la remise du projet au client. C'était un véritable événement. Ils ont voulu utiliser le tableau de bord d'exploitation que les étudiants avaient créé et le transmettre aux responsables de services après quelques petites modifications.

Le programme d'enseignement des technologies de l'information de l'université d'État de Boise propose des projets internes formateurs dont les étudiants pourront ensuite se prévaloir dans leur vie active. Des cours innovants, notamment celui sur les métiers du conseil dispensé par Rob Anson, visent à préparer les étudiants à leur future carrière.

Par petits groupes, les étudiants de ce cours proposent des services de conseil à quatre entreprises implantées dans la région de Boise, en utilisant une méthodologie Scrum. L'un des groupes a entamé une collaboration avec une société de distribution à l'échelle nationale, qui disposait d'un référentiel contenant d'importants volumes de données relatives à l'exploitation et à la chaîne d'approvisionnement.

Rob Anson a obtenu des licences Tableau pour ses étudiants, par le biais du programme Tableau pour les enseignants. Les étudiants ont pu par la suite utiliser ce logiciel pour analyser toutes ces données et créer un ensemble d'indicateurs clés et de tableaux de bord dans le but de déterminer les performances des centres de distribution régionaux. Ils ont commencé par interroger des employés du service informatique et de l'exploitation pour se faire une idée des données qu'ils allaient utiliser et du type de mesures que leur client souhaitait étudier.

L'équipe a dû faire face à des difficultés posées par les données elles-mêmes lorsqu'elle a entamé leur analyse.

Rob Anson explique : « L'ensemble contenait au total des millions de lignes de données, concernant notamment le coût des emballages, les erreurs, le nombre de commandes, les ventes, ou encore le coût du transport. Les agrégations et les données de transactions brutes étaient intégrées pêle-mêle. Et pendant que les étudiants essayaient d'exploiter les données, le service informatique de l'entreprise a commencé à modifier la conception des entrepôts et magasins de données, ce qui faisait que la structure des données ne cessait d'évoluer. »

L'équipe a eu du mal à se faire aux structures de données en évolution constante, mais a poursuivi son développement de mesures visuelles pour gérer les principaux aspects de l'exploitation.

Le tournant a eu lieu vers le milieu du semestre, lorsque les données et les mesures se sont en partie stabilisées. L'équipe a pu présenter les premiers résultats obtenus avec Tableau aux autres étudiants, qui travaillaient sur des projets différents. « Certaines mesures que l'équipe a présentées étaient particulièrement brillantes. Le reste de la classe était sidéré. Nous pouvions facilement visualiser et comprendre la manière dont les produits étaient expédiés de chaque entrepôt et la corrélation avec les chiffres des ventes. Les autres groupes qui n'utilisaient pas Tableau ont commencé à comprendre les avantages d'un tel outil. », affirme M. Anson. L'équipe a trouvé l'interface de Tableau et les fonctions de glisser-déposer intuitives et faciles à assimiler. L'un des étudiants a expliqué qu'il avait « réussi à être productif dans l'outil, même si je ne l'avais jamais utilisé auparavant. J'ai été en mesure de créer une visualisation très rapidement. »

En poursuivant l'exploitation des données du client, les étudiants ont pris conscience de l'incroyable réactivité de Tableau. Il ajoute : « Ils réfléchissaient à la manière de présenter les données, les abordaient sous différents angles, essayaient de déterminer la meilleure représentation possible, et pouvaient à chaque fois recréer les échelles, les légendes et les étiquettes en un clin d'œil. Leur analyse tournait principalement autour des entrepôts de données. Ils pouvaient donc étudier les tendances des entrepôts dans leur ensemble, ou celles d'un entrepôt en particulier. Ils pouvaient facilement manipuler les visualisations pour changer de point de vue. »

« Près de 18 personnes, dont trois vice-présidents, ont assisté au meeting de présentation final, avant la remise du projet au client. C'était un véritable événement. Ils ont voulu utiliser le tableau de bord d'exploitation que les étudiants avaient créé et le transmettre aux responsables de services après quelques petites modifications. L'entreprise venait d'engager un nouvel analyste, qui allait modifier ce tableau de bord pour le transmettre aux autres services, notamment au service marketing. »

À la suite de cette réunion, le client a fait part de ses projets à Rob Anson : « Nous sommes en train de réaligner le tableau de bord pour le connecter directement à notre source de données interne. Il sera publié sur Tableau Server et utilisé dorénavant dans le cadre de nos activités. Nous prévoyons d'ajouter des vues d'exploration et des mesures additionnelles. »

Outre ces retours très favorables du client, une surprise supplémentaire attendait ce groupe d'étudiants. L'un d'eux s'est vu offrir un poste à plein temps dans l'entreprise.

Rob Anson conclut : « Le client a proposé un poste à plein temps à l'un des membres du groupe. Au vu de la qualité des résultats que les étudiants ont obtenus avec Tableau, je pense qu'il aurait pu engager le groupe entier ! »

Les ressources suivantes peuvent vous intéresser...