Article initialement publié en partenariat avec Forbes BrandVoice.

Dans chaque entreprise, tout tourne autour des données. Cela dit, les entreprises véritablement modernes instaurent ce qui est de plus en plus connu sous le nom de culture des données.

Pourquoi ? Les données seules ne permettent pas de réussir. Pour les mettre au service de la collaboration, obtenir des insights stratégiques et améliorer la prise de décision, il faut mobiliser toute l'entreprise autour des données et placer celles-ci au cœur des conversations.

Parmi des dirigeants de grandes entreprises interrogés en 2018, 99 % ont déclaré qu'ils tentaient de mettre en place une culture des données. Pourtant, seul un tiers d'entre eux ont affirmé y être parvenu.

Ashley Howard Neville, évangéliste senior pour la société de solutions BI Tableau, nous offre sa définition simple de la culture des données : « Une culture des données se définit comme un groupe de personnes qui utilisent les données, y accordent de l'importance et encouragent leur utilisation pour prendre des décisions. Ces personnes utilisent les données parce qu'elles en ont envie, et non pas parce qu'elles y sont obligées. »

La première étape dans l'instauration de cette culture est de constituer ce qu'elle appelle des « communautés data internes », c'est-à-dire des groupes d'utilisateurs unis par des objectifs, pratiques et liens sociaux communs. « Une communauté est un élément clé pour accélérer la transformation d'une entreprise et établir une culture des données », explique-t-elle.

En tant que dirigeant, par où faut-il commencer?

Voici trois moyens concrets pour commencer à développer des communautés data au sein de n'importe quelle entreprise.

1. Offrez des moments et des espaces dédiés

Le déploiement d'un logiciel d'entreprise adapté n'est que la première étape pour créer une communauté data. « Il est essentiel de disposer d'un espace physique », ajoute Ashley Howard Neville. Elle explique que les employés ont besoin de convenir de lieux et d'horaires spécifiques pour se réunir autour de projets liés aux données et acquérir de nouvelles compétences. « Cet aspect est souvent négligé par les entreprises. »

Il peut par exemple s'agir d'organiser une réunion mensuelle au cours de laquelle les employés se retrouvent afin de résoudre des problèmes ensemble en utilisant les données ou en créant un forum de données en ligne.

Ashley Howard Neville rend souvent visite à ses clients pour mieux comprendre les différentes façons dont les entreprises créent des communautés. Les cultures des données les plus performantes sont centrées sur un élément clé : le partage. « La communauté Tableau au sein des entreprises devient de plus en plus active », explique-t-elle. « Ses membres sont passionnés et dynamiques. Loin de se focaliser uniquement sur leur propre réussite, ils sont convaincus qu'en aidant leurs collègues à utiliser les données ils peuvent réellement améliorer leur entreprise. »

« Un investissement dans l'infrastructure seule ne suffit pas », ajoute-t-elle. « Vous devez également investir dans vos utilisateurs et les processus liés à l'infrastructure. »

2. Identifiez des leaders dans votre communauté

Selon Ashley Howard Neville, une communauté data repose sur trois rôles clés : les dirigeants qui définissent la norme à l'échelle de l'entreprise, les utilisateurs qui se servent des données pour prendre des décisions et, enfin, les experts (comme le directeur de l'analytique) qui contribuent à superviser les technologies, à innover et à cultiver les meilleures pratiques.

Il est utile d'identifier des leaders dans la communauté et de les encourager, afin de la cultiver et de la maintenir. Il peut s'agir d'experts des données ou plus simplement d'utilisateurs assidus, parfois autodidactes, qui utilisent les données de façon innovante. Ils sont connus dans le contexte de Tableau sous le nom de « champions de la communauté », mais d'autres intitulés peuvent être utilisés pour signifier leur rôle. Ces individus « aident leurs collègues à découvrir le potentiel des données », explique Ashley Howard Neville. « Ils jouent le rôle de leader dans leur communauté. Souvent, ils ont eux-mêmes démarré leur carrière en tant qu'analyste. »

Les champions peuvent également soutenir l'entreprise en aidant les néophytes à utiliser les données, même s'ils ne sont pas considérés comme des experts de la data au sens traditionnel. Ashley Howard Neville cite l'exemple d'un client de Tableau, une banque et société de courtage qui a équipé ses conseillers d'outils analytiques et de gestion des données. « L'entreprise s'est rendu compte que les employés qui pouvaient avoir le plus d'impact étaient ceux qui étaient en contact avec les clients », explique-t-elle. « Elle s'est servie de Tableau pour mettre les données entre les mains de ces conseillers financiers. »

Les conseillers ont alors utilisé les données pour cultiver leurs liens avec les clients en leur proposant des solutions sur mesure. « Ils peuvent ainsi développer une relation de confiance plus étroite avec les personnes dont ils gèrent les comptes », conclut-elle. En armant ses conseillers de données financières utiles, l'entreprise a démontré « sa conviction que même les équipes en contact avec les clients peuvent exploiter les données à leur disposition ».

3. Rendez les données amusantes et accessibles

De nombreux clients de Tableau organisent des activités et des jeux dynamiques sur le thème des données pour susciter l'engouement. Ces évènements planifiés, connus sous le nom de « réunions de groupes d'utilisateurs » dans le contexte de Tableau, sont l'occasion d'encourager les employés à parler des données. « Ils motivent réellement les équipes et leurs membres à collaborer et à partager leurs meilleures pratiques », déclare Ashley Howard Neville.

Ces activités peuvent être des déjeuners de formation ou des hackathons (ce que Tableau appelle des « Viz Games ») au cours desquels des équipes concurrentes tentent d'atteindre un objectif donné (par exemple créer le tableau de bord le plus utile ou résoudre un problème de nettoyage des données). Tableau Blueprint, soit le guide Tableau pour instaurer une culture des données, offre aux entreprises de nombreux exemples d'activités ainsi que des supports à utiliser.

Dans certains cas, ces jeux ne servent pas seulement à favoriser l'engagement. Ils mènent parfois à de véritables découvertes stratégiques. Par exemple, chez un fabricant de cartes de vœux qui utilise Tableau, les groupes d'utilisateurs internes donnent le ton à la stratégie analytique. Un ingénieur data de l'entreprise a expliqué que ces groupes sont devenus un « moyen crucial de cultiver une nouvelle perspective sur les données » pour obtenir un impact maximal.

Un autre client de Tableau, une grande compagnie aérienne, a réussi à susciter l'engouement pour les données grâce à des concours de visualisation où les employés utilisent les ensembles de données de leurs choix (statistiques sportives, émissions de télé-réalité, etc.). « L'emploi d'ensembles de données amusants permet de minimiser les enjeux. Les employés sont donc plus détendus et participent par simple curiosité », explique Ashley Howard Neville. Cette entreprise a depuis remarqué une meilleure adoption globale de ses outils analytiques. Au fur et à mesure que les employés apprennent à maîtriser les données, les équipes commencent à constater des effets transformateurs dans des domaines tels que la maintenance, l'ingénierie et la satisfaction client.

« Le plaisir est un facteur important qui ne nuit pas au travail sur les projets stratégiques », poursuit Ashley Howard Neville. « Vous pouvez travailler tout en vous amusant. L'élément clé pour fédérer vos équipes est le sentiment de travailler vers un objectif commun. »

C'est ce qui conduit à un changement crucial des mentalités. « Au final, quel que soit votre investissement dans une technologie ou son mode de déploiement, si vous ne changez pas la manière dont vos collaborateurs envisagent la technologie, les résultats ne seront pas concluants », explique-t-elle. « Il faut donc façonner et modeler votre entreprise autour de nouvelles méthodes de travail et d'un système de valeurs différent. »

C'est justement ce qu'une culture des données saine permet de faire.

Abonnez-vous à notre blog