Comment rendre vos visualisations plus intéressantes, dynamiques, pertinentes et faire en sorte qu'elles soient encore plus appréciées par les différentes audiences ? Que vous soyez analyste confirmé ou novice en la matière, ce sont des questions importantes que vous devez invariablement vous poser. Une visualisation réussie raconte une histoire passionnante. Elle met également en évidence des informations ou des détails cachés, impossibles à découvrir dans une feuille de calcul, un graphique à barres ou un graphique à secteurs.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, demandez-vous ce que vous souhaitez accomplir avec votre visualisation, ce qui vous aidera à mieux choisir les données à inclure.

Posez-vous les questions suivantes :

  • Qui est mon audience ?
  • Quelles sont les questions de cette audience ?
  • Quelles réponses vais-je apporter ?
  • Quel est le message que j'essaie de transmettre ?
  • Quelles autres questions ma visualisation va-t-elle inspirer, quelles conversations va-t-elle favoriser ?

Lorsque vous êtes prêt à vous lancer dans la création, ces conseils vous permettront de concevoir une visualisation plus intuitive et intéressante, qui sera plus facile et rapide à comprendre, et qui véhiculera un message clair, pertinent et utile. Pour d'autres conseils, lisez notre livre blanc 10 meilleures pratiques pour créer des tableaux de bord efficaces.

1. Choisissez les bons graphiques

Il n'y a pas de solution toute faite pour les visualisations. Choisissez le format qui sera le mieux à même de raconter votre histoire et de répondre aux questions essentielles que soulèvent vos données, tout en remplissant l'objectif fixé. Il est parfois utile de combiner plusieurs graphiques pour favoriser l'exploration et la découverte d'informations qui pourront appuyer la prise de décisions.

Quels sont les formats les plus populaires ?

  • Les graphiques à barres sont utiles pour la comparaison de catégories dans une mesure unique. C'est l'un des formats les plus utilisés dans les visualisations de données. Ils sont particulièrement efficaces lorsque vos données peuvent être divisées en plusieurs catégories.
  • Les graphiques à puces permettent de mesurer la progression vers un objectif en comparant des mesures et ont été conçus pour remplacer les jauges et thermomètres.
  • Le graphique en courbes relie différents points de données pour présenter une évolution continue. Il permet de visualiser de manière simple et naturelle l'évolution des valeurs les unes par rapport aux autres.
  • Les histogrammes et boîtes à moustaches mettent en évidence les clusters de données et permettent de comparer des catégories.
  • Les cartes sont un outil indispensable pour visualiser les données spatiales ou favoriser l'exploration géographique.
  • Les graphiques à secteurs sont utiles pour ajouter des détails à d'autres visualisations, mais ne sont pas suffisamment efficaces lorsqu'ils sont utilisés seuls. À ce propos, chaque année le 14 mars (journée de Pi), Kaiser Fung et son collègue prennent un graphique à secteurs et l'optimisent. C'est leur manière de protester contre l'utilisation abusive de ce type de graphique.

Pour en savoir plus sur les formats de visualisations et découvrir des exemples utiles, lisez notre livre blanc.

2. Optez pour des dispositions prévisibles

Nous sommes des créatures naturellement dotées de capacités visuelles. Nous cherchons à repérer du regard les éléments qui indiquent des informations importantes. Nous recherchons naturellement des schémas connus. Si les informations sont organisées de manière aléatoire ou si elles n'ont pas de sens, nous aurons du mal à comprendre le message transmis par une visualisation.

Pour exploiter pleinement ces capacités humaines, assurez-vous de présenter vos données de manière organisée et dans un format qui a du sens pour vos interlocuteurs, qu'il s'agisse d'une structure numérique, alphabétique ou séquentielle. Exemple simple : si vous communiquez dans une langue qui se lit de gauche à droite, vous devez utiliser la même orientation pour votre visualisation, par souci de cohérence. Si vous utilisez plusieurs graphiques, assurez-vous qu'ils sont organisés de la même manière et que les liens entre les données sont clairs. Il n'est pas dans votre intérêt que l'utilisateur se perde en essayant de suivre les informations que vous présentez.

3. Racontez des histoires rapidement et avec des couleurs pertinentes

La couleur joue un rôle important. Elle permet de transmettre des informations en se passant de mots, mais il faut trouver le bon équilibre et la simplicité est le maître mot. Utilisez des couleurs pour mettre en évidence et souligner des informations. Si vous en utilisez trop, vous risquez la cacophonie. À l'inverse, avec une seule couleur ou trop de nuances, les informations ne ressortent pas bien.

L'association des couleurs a également son importance. Utilisez des couleurs intuitives qui auront du sens pour l'utilisateur qui pourra alors traiter les informations plus rapidement. Si vos données sont des températures, utilisez du rouge pour indiquer la chaleur et le bleu pour le froid. La manière dont vous utilisez les couleurs joue un rôle. Restez cohérent pour l'ensemble des valeurs ou dans la manière de montrer les contrastes dans vos données.

4. Intégrez des indices contextuels à l'aide de formes et d'éléments visuels

Le contexte permet de déchiffrer des informations au premier regard, au lieu de devoir passer du temps à analyser les données. Des formes personnalisées adaptées permettent de rendre vos histoires plus attrayantes. Par exemple, le graphique ci-dessus sur les espèces en voie de disparition en Afrique permet de repérer tout de suite les animaux concernés et leur degré de vulnérabilité. Au lieu d'utiliser un graphique à barres où chaque animal serait réduit à des chiffres et à des textes abstraits, la visualisation utilise les silhouettes des animaux pour rendre les informations plus intéressantes et intuitives.

5. Utilisez la bonne taille pour visualiser vos valeurs

La taille permet de souligner des informations importantes et de donner des indices contextuels. Dans la visualisation précédente, les formes des animaux en voie de disparition indiquent la taille de chacun par rapport aux autres. Néanmoins, la taille permet également de représenter une échelle de valeurs. Au lieu d'utiliser de la couleur, vous pouvez ajuster la taille d'un élément en fonction des valeurs des données.

Cette utilisation de la taille pour indiquer des valeurs est également efficace sur les cartes. Si votre visualisation dispose de plusieurs points de données de même taille, il ne sera pas facile de les distinguer les uns des autres. En adaptant la taille aux valeurs et en ajoutant de la couleur avec un autre repère, vous rendrez votre visualisation plus facile à explorer, comme le montre l'exemple ci-dessus.

6. Utilisez le texte avec parcimonie et de manière pertinente

Pour finir, le type de texte et la quantité de texte que vous utilisez auront un impact sur votre visualisation. Parfois les éléments visuels ne suffisent pas à transmettre un message, mais s'il y a trop de texte ou si son organisation n'est visuellement pas attrayante, cela empêchera les utilisateurs de se concentrer sur vos informations. Lorsque vous utilisez du texte, assurez-vous qu'il souligne des informations importantes, comme la contribution de chaque membre des Beatles dans l'écriture de leurs plus grands titres et des albums qu'ils ont sortis au summum de leur carrière. Si nous sommes programmés pour traiter en priorité des éléments visuels comme les schémas connus et les images, l'utilisation pertinente du texte peut avoir un impact positif.

Voici quelques autres conseils pour vous aider à optimiser vos visualisations :

  • Placez la vue la plus importante en haut ou dans l'angle supérieur gauche. C'est là que se porte généralement notre regard en premier.
  • N'utilisez pas plus de trois ou quatre vues différentes dans votre visualisation. Si vous en ajoutez trop, les détails vont gâcher la vision générale.
  • Si vous avez plusieurs filtres, essayez de les regrouper. En leur ajoutant une bordure claire, vous indiquez avec subtilité qu'ils ont des caractéristiques communes.
  • La différence entre une visualisation horriblement confuse et une analyse très claire réside dans l'interactivité. Vous devez guider l'utilisateur dans votre histoire et encourager l'exploration. Lorsque vous ajoutez des éléments interactifs, assurez-vous qu'il comprendra comment les utiliser, par exemple en ajoutant quelques instructions.

Pour en savoir plus, lisez notre livre blanc sur les 10 meilleures pratiques pour créer des tableaux de bord efficaces.