Vous avez probablement déjà eu écho de la dernière version de Tableau, Tableau 2018.2, maintenant disponible en version bêta. Outre l'ajout de nouvelles fonctionnalités telles que les extensions de tableau de bord et la jointure spatiale, TSM propose désormais une toute nouvelle expérience.

Tableau Services Manager (TSM) a été introduit pour la première fois dans la version 10.5 de Tableau Server sur Linux pour remplacer de nombreux outils des versions précédentes de Tableau Server : l'utilitaire de configuration de Tableau Server, l'utilitaire en ligne de commande tabadmin, Tableau Server Monitor et l'utilitaire de gestion des clés de licence.

Dans Tableau Server 2018.2, TSM constituera un outil d'administration complet permettant d'installer et de configurer Tableau Server aussi bien sous Windows que sous Linux. Nous avons restructuré l'architecture d'administration sous-jacente pour offrir une plus grande flexibilité, réduire les temps d'arrêt et faciliter l'automatisation de nombreuses tâches d'administration de serveur, y compris les changements de topologie à chaud pour les processus Backgrounder et VizQL Server.

Nouveautés de TSM dans Tableau Server 2018.2

TSM propose trois façons de gérer votre déploiement : via une nouvelle interface utilisateur Web, une interface en ligne de commande (CLI) ou l'API Tableau Services Manager, une API REST publique (maintenant disponible en version alpha). Lorsque vous initialisez TSM, ses services s'exécutent en continu dans votre environnement pour gérer d'autres services Tableau, même lorsque le reste de Tableau Server est hors ligne.

Nouvelle interface utilisateur Web d'administration

L'interface utilisateur Web constitue l'une des principales différences perceptibles dès la configuration initiale du serveur. Les administrateurs de Tableau Server peuvent authentifier, configurer et gérer leur serveur à distance dans un navigateur, sans avoir à utiliser une connexion Bureau à distance ou le protocole SSH. Vous avez désormais accès à tous les paramètres de configuration précédemment disponibles dans les utilitaires du menu Démarrer de Windows, directement dans le navigateur.

Plus besoin de machine principale de secours dédiée

Dans Tableau Server 10.5 sous Linux, la configuration de cluster selon un modèle « serveur principal/worker » a laissé place à un système où tous les nœuds sont des pairs, autrement dit sur un pied d'égalité. Dans la version 2018.2, cette modification s'applique également à Windows. Pour les configurations à haute disponibilité, l'architecture distribuée de TSM épargne désormais l'utilisation d'une machine principale de secours dédiée. En cas de défaillance du nœud initial, le service du serveur de licences peut alors être transféré sur un autre nœud au lieu de basculer sur la machine principale de secours.

Vous pouvez effectuer des demandes directement auprès de ces services via l'API Tableau Services Manager (maintenant disponible en version alpha), qui interagit avec l'interface utilisateur Web et l'interface en ligne de commande. Celle-ci vous permet également d'automatiser les tâches de gestion et de configuration, y compris les commandes précédemment exécutées avec tabadmin. Pour plus d'informations sur la migration de tabadmin vers l'interface en ligne de commande TSM, consultez la page Migrer de tabadmin vers l'interface en ligne de commande TSM.

Service de support pour les changements de topologie dynamique

TSM inclut un service de support pour les changements de topologie dynamique, qui permet aux administrateurs de serveur de modifier le nombre de processus VizQL Server et Backgrounder s'exécutant sur les nœuds où ils ont déjà été installés, et ce sans avoir à redémarrer Tableau Server. Les administrateurs peuvent également automatiser des tâches de gestion telles que l'augmentation/la réduction du nombre de processus VizQL et Backgrounder en fonction, respectivement, des heures de trafic de pointe et des heures d'actualisation. Par exemple, pendant les heures de bureau lorsque l'utilisation maximale est la plus élevée, des processus VizQL peuvent être ajoutés à davantage de nœuds, alors que la nuit, plus de backgrounders sont nécessaires pour les actualisations d'extraits de données.

Réduction des temps d'arrêt lors des mises à niveau

Lors de la mise à niveau vers Tableau 2018.2 à partir d'une version antérieure, vous devez d'abord désinstaller cette dernière avant d'installer la version 2018.2 sur chaque nœud. La dernière étape de l'initialisation de TSM consiste à exécuter un script de mise à niveau. Pour les mises à niveau suivantes, le mode opératoire de TSM évolue et vous pourrez pré-installer la mise à niveau sur les nœuds alors que Tableau Server est en cours d’exécution. Lorsque vous serez prêt à procéder à la mise à niveau, exécutez simplement le script pour terminer la procédure. Notez qu'il s'agit de la seule partie du processus de mise à niveau qui nécessitera un temps d'arrêt. Sur l'un de nos propres clusters internes à cinq nœuds, une mise à niveau nécessitant auparavant un temps d'arrêt de 75 minutes peut maintenant être terminée en 15 minutes environ grâce à TSM.

Nous sommes ravis d'avoir apporté ces améliorations en matière d'administration de serveur dans Tableau 2018.2 ! Pour en savoir plus sur Tableau 2018.2, consultez notre page Bientôt disponible. Pour participer à nos programmes alpha et bêta, rejoignez notre communauté dédiée aux versions préliminaires.

Autres ressources susceptibles de vous intéresser…

Abonnez-vous à notre blog