Qu'est-ce qu'une visualisation géospatiale ?

Les visualisations géospatiales sont souvent considérées comme une sous-catégorie de graphiques. Ce n'est pas le cas dans ce glossaire, ce qui permet de les explorer plus facilement et de découvrir de nouvelles manières de pratiquer l'analytique visuelle. Cette approche n'a pas pour but de créer une nouvelle taxonomie. Pour en savoir plus, parcourez les exemples de visualisations géospatiales ci-dessous et leur importance pour analyser les données.

Qu'est-ce qu'une visualisation géospatiale, ou géovisualisation ?

Ces visualisations se focalisent sur la relation entre les données et la géolocalisation pour créer des insights. Une analyse spatiale repose sur des données contenant des informations de position. C'est l'échelle qui rend ce type de visualisations unique. Un schéma de circuits sur une puce électronique contient bien des informations de position, mais ce n'est pas un schéma géospatial. Il ne permet pas de représenter la Terre ou une autre planète. Une carte du ciel n'est pas non plus considérée comme une visualisation géospatiale, contrairement à une carte de la surface de Mars. Une géovisualisation place sur une carte des variables avec des informations de latitude et de longitude pour favoriser les insights.

Les cartes sont au cœur des visualisations géospatiales. Elles permettent aussi bien de représenter une rue, une ville, des espaces verts ou des subdivisions que les frontières d'un pays, d'un continent ou de l'ensemble de la planète. Elles servent de conteneur pour des données supplémentaires. Vous pouvez ainsi créer du contexte en utilisant des formes et des couleurs afin d'attirer le regard sur une zone précise. Elles permettent d'identifier des problèmes, de suivre les changements, de comprendre des tendances et de réaliser des prévisions pour des lieux et des périodes spécifiques.

Les visualisations géospatiales mettent en évidence le lien physique entre les points de données. Néanmoins, vous devez éviter certains pièges :

  • Échelle : le changement d'échelle sur une carte peut influencer la manière dont l'utilisateur va interpréter les données
  • Corrélation automatique : une vue peut créer une association entre des points de données semblant proches sur une carte, même s'il s'agit de données sans rapport les unes avec les autres

Pour déterminer si une visualisation géospatiale est le meilleur choix pour vos données, vous devez tenir compte de vos objectifs et des pièges à éviter.

Types de visualisations géospatiales

Le tableau ci-dessous présente les types les plus courants de visualisations géospatiales. Nous en ajouterons d'autres à mesure que nous compléterons et enrichirons ce glossaire. Chaque type disposera d'une page dédiée, avec des exemples pratiques et un « mode d'emploi ».

Cartes avec symboles proportionnels

Présentent des données quantitatives pour des coordonnées individuelles en utilisant la taille.

Cartes choroplèthes

Cartes pleines présentant des données de ratios ou de taux dans des zones définies.

Cartes avec répartition de points

Présentent des emplacements approximatifs pour mettre en évidence les clusters visuels dans les données.

Cartes de chaleur ou de densité

Mettent en évidence les tendances en montrant la fréquence des occurrences.

Cartes de flux

Relient des trajectoires sur une carte pour mettre en évidence les changements dans le temps.

Cartes topographiques

Utilisent les contours pour symboliser la hauteur des éléments sur une carte.

Isoplèthes

Présentent une série de données quantitatives sur une carte.

Cartes en toile d'araignée

Mettent en évidence les interactions entre les points d'origine et de destination.

Cartogrammes

Déforment un aspect d'une carte pour mettre l'accent sur des données clés.

Quand utiliser une visualisation géospatiale ?

Les visualisations géospatiales sont particulièrement efficaces lorsqu'elles permettent de répondre à des questions propres à une analyse spatiale. L'emplacement et la position doivent être des éléments clés de l'analyse. Voici des exemples de questions :

  • Quels sont les pays qui subissent le plus de tremblements de terre ?
  • Quelles sont les régions les plus pluvieuses ?
  • Quel est l'aéroport le plus fréquenté pendant les vacances ?
  • Quel est le trajet d'un oiseau migrateur au cours de l'année ?
  • Quel est le trajet le plus rapide pour aller du point A au point B pendant les heures de pointe ?

Vous pouvez trouver des réponses à ces questions en plaçant des données sur une carte, mais ce ne sera pas forcément le moyen le plus efficace. Beaucoup de questions sur l'emplacement et la position n'ont pas besoin d'une visualisation géospatiale. Il peut être difficile de comparer des données avec des mesures quantitatives similaires lorsque vous les placez sur une carte. L'échelle peut également créer de la confusion dans les données si les emplacements sont proches les uns des autres. Avant de créer votre visualisation, demandez-vous si vous avez réellement besoin d'une analyse spatiale.

Si vos questions ne se prêtent pas à une interprétation claire et sans équivoque, une carte risque de semer la confusion. Si vous pouvez trouver une réponse plus rapidement ou plus facilement avec un autre type de visualisation, comme un histogramme ou des courbes, il vaut mieux utiliser ces outils. N'utilisez une visualisation géospatiale que si les données se prêtent à une analyse spatiale et que vous êtes en mesure de les afficher clairement.

Pour en savoir plus, lisez cet article d'aide.

Essai gratuit